Le TDAH : en finir avec les idées reçues

Le TDAH ou trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité est souvent mal compris à l’école, au collège ou au lycée.

le TDAH qu’est-ce que c’est ?

Ce trouble, qui existe aussi sans le H d’hyperactivité, a été identifié dès 1902. Il faudra attendre cependant les années 60 pour qu’il soir reconnu. Mais reconnu ne veut pas dire connu et bien souvent les enfants ou ados porteurs de TDAH sont catalogués comme « mal élevés »,  » bruyants », « perturbateurs ».

C’est avant tout un trouble neuro-développemental. Cela signifie clairement que ces enfants ou ados ne font pas exprès de bouger, de ne pas maîtriser leur impulsivité ou de ne pas réussir à se concentrer sur une tâche précise.

L’IRM ci dessous montre deux cerveaux stimulés de façon identique : l’un est celui d’un porteur de TDAH ( ADHD en Anglais) et l’autre non….

TDAH vision par IRM
IRM cerveau lambda/cerveau avec TDAH

Et à l’école ?

Un enfant ou un adolescent porteur de TDAH a, par définition, de très importantes difficultés à

  • se concentrer,
  • à être organisé,
  • à écouter les consignes mais a besoin de se lever, de courir, de bouger.
  • maîtriser son impulsivité

Cela peut paraître difficile à gérer en classe. Pourtant aujourd’hui ce sont entre 3 et 5% des élèves qui en sont porteurs.

La première démarche est d’accepter et de comprendre qu’il ne fait pas exprès, qu’il n’est pas en train de provoquer l’enseignant. Il ne peut pas faire autrement. Seules l’empathie et l’envie d’accompagner ces élèves sur le chemin de la réussite pourront aider à une prise en charge adaptée.

Il est essentiel de travailler en lien avec la famille et les professionnels de santé lorsque cela est possible. On peut mettre en place un PAP ( plan d’accompagnement personnalisé) ou un PPS ( plan personnalisé de scolarisation) lorsqu’il y a une aide humaine ou un matériel informatique par exemple.

Ces dispositifs proposeront des temps de pause cognitive durant lesquels l’enfant ou l’adolescent aura la possibilité de sortir marcher ou courir, de se lever en classe ou même de se rendre à un rendez-vous extérieur.

On adoptera également un emploi du temps adapté ou, au lycée, un étalement du diplôme sur plusieurs sessions. L’aide aux devoirs, fractionnée, sera essentielle.

Et pour les moments où il faut rester assis et concentré on peut autoriser l’usage de fidget toys : dés à surfaces d’activités multiples, bouts de crayons à machouiller, hand spinner par exemple.

Il ne faut pas perdre de vue que la manipulation d’objets, le dessin sont de fabuleux supports de la mémorisation.

De l’espoir

Pour finir , une note d’espoir ! La plupart de ces symptômes disparaissent ou s’amenuisent à l’âge adulte. Mais l’accompagnement précoce est essentiel pour ne pas passer à côté des apprentissages de bases.

Pour aller plus loin je vous conseille le site https://www.tdah-france.fr/#/

Lire aussi

L’impact des troubles DYS dans les apprentissages, FFDYS

L’impact des troubles DYS dans les apprentissages, FFDYS

J’ai le plaisir de partager avec vous, les points clés qui ont retenus particulièrement mon attention à propos d’un webinaire portant sur les troubles DYS. Il s’agit de la conférence de Michele Mazeau, clinicienne en médecine physique et de réadaptation :...