Tout savoir sur les troubles du neurodéveloppement

Anciennement appelés « troubles DYS » les troubles du
neurodéveloppement concernent au moins un des domaines de
développement : la motricité fine et globale, le langage, la
socialisation, la cognition.

Mais qu’est ce que le neurodéveloppement ? Qu’entend-on par
troubles ? Quels sont-ils ? Comment se manifestent-ils ?

Tout savoir sur les troubles du neurodéveloppement

Anciennement appelés « troubles DYS » les troubles du neurodéveloppement concernent au moins un des domaines de développement : la motricité fine et globale, le langage, la socialisation, la cognition. Mais qu’est ce que le neurodéveloppement ? Qu’entend-on par troubles ? Quels sont-ils ? Comment se manifestent-ils ?

Le neurodéveloppement : Qu’est-ce c’est ?

Le neurodéveloppement est un processus dynamique qui commence très tôt, avant même la naissance, et qui est influencé par des facteurs biologiques, génétiques, socioculturels, affectifs, et environnementaux.

Il recouvre l’ensemble des mécanismes qui structurent la mise en place des réseaux du cerveau impliqués dans la motricité, la vision, l’audition, le langage, la mémoire ou les interactions sociales.

Quand le fonctionnement d’un ou plusieurs de ces réseaux est altéré, certains troubles peuvent apparaître : troubles du langage, troubles des apprentissages, difficultés à communiquer ou à interagir avec l’entourage.

Qu’entend-on par troubles du neurodéveloppement ?

Les troubles du neurodéveloppement se caractérisent par une perturbation du développement cognitif ou affectif de l’enfant qui entraine un retentissement important sur le fonctionnement adaptatif scolaire, social et familial parfois jusqu’à l’âge adulte. Ils sont spécifiques car ne peuvent être expliqués par une autre pathologie (sensorielle, neurologique, psychiatrique) ni par les conditions de vie (socio-économiques).

Des troubles spécifiques
Les TND (troubles du neurodéveloppement) sont spécifiques, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent pas être entièrement expliqués par une autre pathologie sensorielle (surdité, vision), neurologique (lésion cérébrales innées ou acquises), intellectuelle ou psychiatrique (troubles du développement de la personnalité, de la sphère émotionnelle et/ou comportementale.), ni par un manque d’apport socioculturel.

Des premiers signes des troubles précoces
Les premiers signes de troubles sont précoces et peuvent être visibles dès l’école maternelle et se modifient jusque dans l’adolescence, mais ils peuvent se manifester plus tardivement (lorsque l’enfant n’arrive plus à mettre en place des stratégies de compensation de son ou ses trouble(s)).

Des troubles durables
Les TND sont durables, persistant depuis au moins 6 mois en dépit d’une prise en charge individualisée et d’une adaptation pédagogique ciblée.

Avec des résultats en décalage avec les normes attendues pour l’âge
Les TND interférent de façon significative avec la réussite scolaire, le fonctionnement professionnel ou les activités de la vie courante. C’est à travers des outils d’évaluation standardisés qu’ils sont révélés par des scores déficitaires par rapport aux normes attendues pour l’âge dans les tests.

Avec des degrés variables de sévérité et souvent associés
Les TND présentent des degrés très variables de sévérité et sont fréquemment associés entre eux, constituant alors un trouble multiple du neurodéveloppement, ou bien associés à une épilepsie, à un trouble moteur ou à un déficit neurosensoriel (vision, audition). Ils ont aussi la particularité de partager des causes et facteurs de risques communs, d’origine génétique ou environnementale.

Quels sont les différents troubles du neurodéveloppement ?

Les classifications internationales définissent et décrivent les troubles neurodéveloppementaux (TND) dans le « Manuel Diagnostique et Statistique des. Troubles Mentaux » 5ème édition (DSM-5, 2013), ainsi que dans la Classification Internationale des Maladies (CIM-11, 2018).

Selon ces textes officiels, les TND regroupent ainsi :

Bien qu’il ne soit pas un TND et donc une pathologie, le Haut Potentiel Intellectuel (HPI) peut y être associé, dès lors qu’il peut entraîner des difficultés d’apprentissage (dysharmonie et/ou stratégies d’évitement).

Comment les troubles se manifestent-ils dans le quotidien ?

Les conséquences des TND sont très variables en fonction de leur nature, de leur degré, de l’éventuelle présence de comorbidités, du développement spontané par l’enfant de compensations ou de stratégies de contournement sur le plan cognitif, de l’accompagnement pédagogique, de la précocité du diagnostic, des interventions thérapeutiques mises en place et de leur suivi, ainsi que de l’environnement et la qualité du soutien familial.

Des troubles impliquant une surcharge attentionnelle
Tant que les processus cognitifs impliqués dans le développement des apprentissages ne sont pas automatisés, cela génère une surcharge attentionnelle pour l’élève qui ne peut pas accéder à l’aspect « multitâche » de tout apprentissage. Les troubles occasionnent une lenteur, une fatigabilité, parfois des problèmes d’organisation ou des troubles du comportement. Ils peuvent nécessiter des aménagements et/ou des adaptations, voire des compensations du handicap dans certains cas.

Les risques en cas de non prise en charge
En l’absence de diagnostic et de prise en charge adaptés, il y a un risque de décrochage scolaire voire d’échec scolaire, nécessitant des dispositifs scolaires particuliers, d’apparition de troubles émotionnels secondaires : faible estime de soi, anxiété, dépression, faible intérêt ou dégoût pour la scolarité, opposition, agressivité réactionnelle, de difficultés d’insertion professionnelle et sociale.

La richesse d’être différent
Il n’est pas simple de s’épanouir dans la société quand on fonctionne différemment. Mais un enfant porteur de troubles du neurodéveloppement accompagné avec bienveillance aura plus de facilités à trouver sa voie. Epaulé par son entourage, l’enfant apprendra à cultiver sa différence pour en faire une force. On dit des porteurs de TND qu’ils les compensent souvent par le développement de compétences comme l’empathie, la mémoire, la tolérance, le sens du détail, celui de l’observation ou le dépassement de soi. C’est ainsi que des « DYS » célèbres comme Albert Einstein, Mika, Mohamed Ali, Léonard de Vinci, Jean Dujardin, Winston Churchill, Beethoven, Charles Darwin, Walt Disney ou Tom Cruise ont réussi à affirmer leur différence et à vivre une existence extraordinaire.

 

Sources bibliographiques :

  • Haute Autorité de Santé « Les Parcours de Soins » Décembre 2017
  • Secrétariat d’Etat chargé des personnes handicapées « La stratégie nationale autisme et troubles du neuro-développement » Mars 2021 mis à jour en Février 2022
  • American Psychiatric Association. Neurodevelopmental disorders. In : DSM-5. Diagnostic and statistical manual of mental disorders. 5th ed. Washington, DC: American Psychiatric Association ; 2013

Nos derniers articles