Puzzle représentant l'autisme

L’autisme

L’autisme fait référence aux troubles envahissants du développement (également appelés troubles du spectre de l’autisme). Le terme « envahissant » signifie « profond » ou « aigu ».

Il n’existe pas un autisme mais des formes d’intensité et de manifestations variables.

On peut donc évoquer des caractéristiques communes mais chaque personne est différente et pourra présenter tout, ou une partie de ces indicateurs et avec des degrés d’intensité variable.

On définit généralement l’autisme ainsi :

« Trouble du développement neurologique caractérisé par une altération des interactions sociales (repli pathologique sur soi), de la communication (langage) et du comportement. Au figuré, par exagération : déni de réalité qui pousse à s’isoler et à refuser de communiquer, et particulièrement, d’écouter autrui. »

Pour simplifier…

Il faut retenir que l’autisme va toucher des domaines regroupés sous le terme de triade :

  1. Les intéractions sociales
  2. Les centres d’intérêt limités et stéréotypés
  3. La communication verbale et non-verbale

Ces dernières années, on a démontré qu’ils pouvaient apprendre des quantités de choses, en fonction de leur potentiel propre. Les caractéristiques de ces troubles peuvent changer au cours du développement de la personne, aussi bien en nature qu’en intensité, même à l’âge adulte.

Les premiers signes apparaissent chez le jeune enfant : pas d’interaction du regard avec les parents, il ne répond pas à son prénom lorsqu’on le sollicite, il ne sollicitera pas l’adulte sauf s’il a besoin d’attraper un objet par exemple. Le langage peut ou non être tardif. Certains enfants auront davantage tendance à crier de façon inhabituelle. Le toucher peut être ressenti comme intrusif.

Ainsi lorsque vous accueillez un enfant porteur d’autisme il sera primordial :

  • D’expliquer à l’ensemble de l’équipe et aux camarades de classe ce qu’est l’autisme et ce qu’il signifie au quotidien
  • De respecter les besoins essentiels de la personne autiste 
Garçon assis de dos

Au niveau de l’activité symbolique, du jeu, il est plutôt rare et on observe surtout :

  • Des mouvements moteurs répétitifs
  • Un manque de curiosité et d’exploration de l’environnement
  • Les objets sont utilisés de manière inhabituelle, portés à la bouche, alignés
  • Un attrait particulier pour tous les objets qui tournent
  • Plus tard on voit des enfants qui ne peuvent jouer seuls à se raconter des histoires, ni ne peuvent jouer avec leurs camarades
  • Un manque d’imitation

Les besoins essentiels de la personne autiste

1. Besoin de s’isoler

Les personnes porteuses d’autisme reçoivent toutes les informations sensorielles et émotionnelles de façon très forte. Cela ne se remarque pas de façon évidente puisqu’elles ont souvent une absence d’expressions faciales.

2. Besoin de moments de pauses

Toutes les informations arrivant très rapidement et fortement, il est nécessaire de pouvoir s’isoler dans un lieu neutre, loin de toutes les sollicitations, de tous les bruits et de se reposer.

3. Besoin d’être aidé, accepté

Même si on ne perçoit aucune émotion, une personne porteuse d’autisme ressent des sentiments très forts et peut être angoissée à l’idée d’être rejetée par le ou les groupes. Il sera important que l’enseignant impose les groupes limitant ainsi le risque de mise à l’écart.

4. Besoin de routine

Tout changement, même minime est un véritable tourbillon dévastateur. Il ne faut surtout pas jauger cela à notre aune car le curseur émotionnel est bien différent.
Ainsi si un enseignant est absent ou si une activité inhabituelle doit avoir lieu (sortie, visite…) il faudra prendre le temps d’expliquer, d’anticiper lorsque cela est possible et surtout de rassurer.

5. Ne pas oublier non plus que le toucher est difficile

Et que l’implicite et le sous-entendu ne sont pas compris. Ainsi la littérature, les jeux de mots seront des activités très difficiles tout comme les travaux d’écriture et d’imagination.

La personne porteuse d’autisme ne maîtrise pas les codes sociaux : elle pourra vous dire bonjour dix fois dans la journée par peur de mal faire ou ne pas vous saluer du tout car elle ne voit pas l’utilité de ce type de comportement.

De la même façon, au collège ou au lycée les propos des camarades peuvent être générateurs d’angoisse. Si un élève dit « je vais t’arracher la tête » langage fleuri de nos écoles… L’élève porteur d’autisme sera persuadé que l’élève est capable d’arracher la tête de quelqu’un au sens littéral.

L’humour peut ainsi ne pas être compris non plus. Il n’y a pas de filtres et les ateliers d’habiletés sociales proposés par de nombreuses associations, pourront être un grand secours.

Ainsi si un enfant ou un adolescent porteur d’autisme trouve une personne laide il pourra le lui dire. Mais attention il n’y verra aucune malice ou méchanceté. Son propos sera un simple constat.

On parle également d’autisme Asperger

Celui-ci va se qualifier par les caractéristiques précédemment citées mais également par un Qi (même si cela n’a que peu de valeur scientifique) très élevé. Les enfants et adolescents porteurs de ce type d’autisme seront surprenants de par leur savoir encyclopédique notamment sur des sujets qui les passionnent et par leur étonnante mémoire.
Attention cependant, nous ne sommes pas dans la caricature du film Rain Man.

La scolarité de ces enfants et adolescents sera souvent brillante mais tout ce qui touchera à l’implicite leur posera problème : la littérature et l’analyse de textes peut être une véritable épreuve.

Beaucoup de personnes avec autisme développe également davantage certains sens comme l’odorat. Mais au niveau alimentaire attendez-vous à avoir des surprises. Des pâtes aux oignons crus, des citrons crus… ne leur feront pas peur.